• Aujourd'hui, on recevait du monde à la maison,une collègue de ma mère et son fils. Mais j'ai eu peur,  hier soir je m'étais endormi à 5h, je n'avais pas assez dormi, j'avais ensuite finalement réussi à prendre ma douche à 16h rien de glorieux et passé une journée d'ennui. Mais au moment où ils sont arrivés j'ai pris peur,  j'ai eu peur de ne pas être assez forte mentalement et je me suis dérobé je ne suis pas sorti de ma chambre.  Je me sens vraiment minable. 

     

    J'ai l'impression qu'à chaque fois je réussi un truc je me déterre un peu et quand ça foire, je m'enterre deux fois voire trois fois plus. 

     


    votre commentaire
  • Honnêtement peut-être que je ne devrais même pas employé ce terme.

     

    Je pense que j'ai de la valeur, mais les regards des autres ne m'ont jamais accordé le droit de pouvoir en avoir.

    Je crois que depuis très longtemps, je le cherche ce que je peux faire valoir de moi devant les autres.

    C'est assez floue car je sais que j'en ai, mais je ne connais pas son origine donc je ne résiste pas facilement.

    Parfois, quand je vais vraiment mal à cause de ma dépression, je me sens ridiculement insignifiante devant tous les gens devant moi, je ne m'assume plus, je m'accuse même de ma situation et j'ai peur de ne pouvoir que l'empirer. 

     

    J'ai fait un cauchemar il n'y a pas longtemps, l'avant veille de passé ma journée de citoyenneté. Pour faire court c'était des méchants qui s'amusaient à torturer les gentils car ils ne pouvaient pas mourir.

    En y repensant, je crois que j'avais peur que mon calvaire recommence.

    Le fais d'être dans une classe et d'être regardée avec mépris ou d'être traitée comme ne valant rien. Je crois que j'avais peur de ce genre de salle de classe, cette classe où je ne veux plus jamais y remettre les pieds.

    Finalement j'ai exprimer mon traumatisme d'être mépriser et traiter comme ne valant rien.

     

    Je ne pense pas vraiment que l'on l'on doive regarder les personnes en fonction de leurs valeurs, ni même leur en attribuer une, les gens sont ce qu'ils sont et ils n'ont pas à être noter ou juger, il n'y a pas de barème pour exister.


    votre commentaire
  • Avec mon père ça a toujours été plus ou moins compliqué.

     

    J'ai été souvent  blessée par mon père dans mon enfance et je le suis toujours maintenant.

    C'est vrai que sur certains sujets, il est présent, mais sur d'autres, il ressemble plus à un fantôme qu'on doit rendre humain.

    Quand on était petits, mon frère se prenait souvent des réflexions dès qu'il lui demandait quelque chose. Un parent normal d'après moi, aurait peut-être râler un peu mais serait content de rendre service à ces enfants. Mon père, c'est tout le contraire il va râler et nous faire comprendre que c'est une corvée et qu'il n'en à pas envie. C'est pour cette raison que la moi enfant ne demandait jamais rien à son père, mais se souviendra quand même toujours des fois où elle a demandé de l'aide car elle l'a presque toujours regretté.

     

    La moi de maintenant, est un peu plus différente face aux réactions de son père, elle réagit différemment et demande de choses  maintenant.

    Quand j'ai eu besoin pour aller à l'Eldorado, il s'est mobilisé et m'a aidé dans les trajets, alors tout le monde après ça s'est accordé à dire que ma relation avec lui était meilleure, mais moi je n'y croyais pas complètement et malheureusement cela se confirme, déjà il râle quand il doit m'emmener chez la psychomotricienne pour 11h et hier je lui ai demandé de m'emmener à 14h et me chercher vers 16h chez une amie, et il m'a répondu que ça lui bouffait son après-midi, on s'est engueulé et en tout dernier je lui ai dit "je demande juste à mon PÈRE de m'emmener chez une amie pour réviser du théâtre!!!".

     

    Honnêtement j'étais sidérer de voir que finalement rien n'avais changé, ON LUI FAIS JUSTE CHIER, je n'arrive pas à comprendre qu'un PARENT puisse faire comprendre volontairement à ses enfants que dès qu'on lui demande un service, ON L'EMMERDE!


    votre commentaire
  • Aujourd'hui je me sens mal, tout se passe devant moi comme si ça n'avait pas d'intérêt.

    J'ai beau essayé de paraître normal tout me paraît comme une image , comme un film, c'est comme être au cinéma et ne pas pouvoir se mêler au acteurs.

    Alors, je me suis réfugiée dans ma chambre, dans ma grotte où je peux continuer à vivre dans mon temps, sans être interrompu.

    Mais en même temps je suis triste, car moi aussi je voudrais pouvoir être une actrice de ce film qui parait sans fin et sans intérêt à mes yeux alors que je voudrais l'apprécier.


    votre commentaire